Vaccination contre le cancer du col utérin et la rubéole : une avancée pour la santé féminine

in page functions

Plus de 30 millions de filles seront protégées contre le cancer du col de l’utérus et plus de 700 millions d’enfants seront vaccinés contre la rougeole et la rubéole

WomenDeliverSeth.jpg

Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI Alliance, lors de la conférence "Women Deliver" 2013 à Kuala Lumpur, sur le thème « Des jeunes filles en bonne santé, des femmes en bonne santé »

Kuala Lumpur, 29 mai 2013 – Deux nouveaux vaccins offrant une protection contre le cancer du col de l’utérus, la rougeole et la rubéole dynamisent le réel engagement de GAVI en faveur de l’amélioration de la santé des jeunes filles et des femmes.

Grâce au soutien de GAVI, plus de 30 millions de jeunes filles originaires de plus de 40 pays seront protégées contre le cancer du col de l’utérus. La vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) permettra d’éviter plus d’un demi-million de décès d’ici 2020.

GAVI finance également pour la première fois un vaccin contre la rubéole, une maladie qui accroît le risque de mortinatalité, de fausses couches et de graves malformations congénitales chez l’enfant. Le vaccin rougeole-rubéole associé sera introduit dans 49 pays d’ici 2020 et permettra de protéger plus de 700 millions d’enfants âgés de moins de quinze ans.

Composante essentielle de la mission de GAVI

« La protection de la santé des jeunes filles, des femmes et des nourrissons est une composante essentielle de la mission de GAVI. Investir dans les vaccins contre le VPH et la rubéole permettra de protéger non seulement toutes les jeunes filles contre le cancer du col de l’utérus, mais aussi les nourrissons contre la rubéole, où qu’ils naissent », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI, qui participait à divers événements tenus à Kuala Lumpur lors de la Conférence internationale « Women Deliver » 2013, organisée sur le thème « Des jeunes filles en bonne santé, des femmes en bonne santé ». « Notre objectif ultime est de veiller à ce que toutes les jeunes filles à travers le monde aient accès à un programme complet de vaccination contre 12 maladies potentiellement mortelles ».

Vacciner les jeunes filles, protéger les générations futures

En aidant les pays à vacciner les jeunes filles âgées de 9 à 13 ans, GAVI contribue à protéger les futures générations de femmes contre le cancer du col utérin, cancer le plus meurtrier chez les femmes dans de nombreux pays d’Afrique et dans les 56 pays éligibles au soutien de GAVI. La vaccination contre le VPH demeure le meilleur moyen de prévenir le cancer du col de l’utérus, étant donné que les services de dépistage et de traitement font souvent défaut dans les pays en développement.

La vaccination des jeunes filles âgées de 9 à 13 ans offre également une occasion unique de faire en sorte que les adolescentes puissent bénéficier des efforts de prévention dans le cadre des programmes d’éducation en matière de nutrition et de santé sexuelle et reproductive.

Un prix bas record

« Le cancer du col de l’utérus est un problème qui me tient particulièrement à cœur, et j’ai vraiment hâte de voir les pays en développement introduire ces vaccins anti-VPH », a déclaré le Dr Christine Kaseba, Première dame de la République de Zambie. « Au vu du fardeau que représente le cancer dans les pays en développement, notamment en Afrique, il est clair que nous ne pourrons résister à pareille épreuve. Nous devons agir et vite. C’est pourquoi je suis heureuse que GAVI ait beaucoup investi en faveur de la vaccination contre le virus du papillome humain. »

Début mai, GAVI a annoncé une nouvelle baisse record du prix des vaccins contre le virus du papillome humain. Les pays les plus pauvres de la planète auront désormais accès à un approvisionnement durable en vaccins anti-VPH au prix exceptionnellement bas de 4,50 US$ la dose. Les mêmes vaccins peuvent coûter plus de 100 US$ dans les pays industrialisés et le prix public le plus bas était auparavant de 13 US$ la dose.

Notre objectif ultime est de veiller à ce que toutes les jeunes filles à travers le monde aient accès à un programme complet de vaccination contre 12 maladies potentiellement mortelles. 

Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI

Premier pays à distribuer le vaccin anti-VPH avec le soutien de GAVI

Moins d’une semaine après cette annonce, le Kenya est devenu le premier pays à introduire ce vaccin grâce au soutien de GAVI. Il sera initialement déployé au sein d’un district, dans le cadre d’un programme de démonstration permettant de tester la faisabilité de la distribution à l’échelon national.

GAVI prévoit d’introduire le vaccin anti-VPH au Ghana, au Laos, à Madagascar, au Malawi, au Niger et en Sierra Leone courant 2013, puis en République unie de Tanzanie début 2014. Le Rwanda sera le premier pays à intégrer le vaccin anti-VPH avec le soutien GAVI dans son programme national de vaccination l’an prochain. Depuis 2011, le Rwanda a néanmoins bénéficié de ce vaccin par le biais de donations du fabricant Merck & Co.

Réduire le temps d'accès

S’exprimant lors de la Conférence Women Deliver 2013, Geneviève Sambhi, qui a survécu à un cancer du col utérin et connue comme étant une fervente partisane de la cause en Malaisie, a déclaré : « Après avoir vaincu le cancer, je pense qu’aucune femme ne devrait endurer ce que j’ai personnellement vécu. Le vaccin anti-VPH peut prévenir le cancer du col de l’utérus dans plus de 70 % des cas, et je me réjouis de savoir que GAVI a annoncé une nouvelle baisse record du prix du vaccin, ce qui permettra désormais à toutes les jeunes filles de se protéger. Ma fille sera vaccinée lorsqu’elle sera plus grande et n’endurera pas mes souffrances ».

Outre la baisse significative du prix des vaccins anti-VPH, GAVI a également contribué à réduire de moitié (soit six ans) le temps nécessaire aux pays pauvres pour accéder aux nouveaux vaccins.

Investir, contre la rubéole

Maladie relativement bénigne chez l’enfant, la rubéole est pourtant très contagieuse. Plus de 100 000 bébés naissent chaque année avec des malformations congénitales (cécité, surdité, problèmes cardiaques), connues sous le nom de syndrome de rubéole congénitale (SRC). 90 000 d’entre eux naissent dans les pays éligibles au soutien de GAVI. Le vaccin contre la rubéole est disponible depuis les années 1970 et ne présente plus de risques dans bon nombre de pays. Il est toutefois sous-utilisé dans certaines régions du monde, notamment en Afrique et en Asie du Sud.

Partenaire de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole, GAVI finance également le vaccin rougeole-rubéole associé, tirant ainsi parti de sa longue expérience de la lutte contre la rougeole.

En mars 2013, le Rwanda est devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne à introduire le vaccin rougeole-rubéole associé dans son programme national de vaccination grâce au soutien de GAVI. Les premières campagnes de vaccination contre la rougeole et la rubéole devraient être lancées cette année dans cinq autres pays (Bangladesh, Cambodge, Ghana, Sénégal et Vietnam).

GAVI est financée par des gouvernements [Australie, Canada, Danemark, France, Allemagne, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, République de Corée, Russie, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis d’Amérique], la Commission européenne, la Fondation Bill & Melinda Gates, ainsi que des partenaires privés et institutionnels [Absolute Return for Kids, Anglo American plc, la Children’s Investment Fund Foundation, Comic Relief, Dutch Postcode Lottery, Son Altesse Cheikh Bin Zayed Al Nahyan, JP Morgan, la Fondation « la Caixa », LDS Charities et Vodafone].  

Cliquer pour consulter la liste complète des donateurs (anglais).
 

Plus d'information sur ce sujet

close icon

modal window here