Des milliers d’enfants malawiens protégés grâce au vaccin antirotavirus

in page functions

Le Malawi devient le 10ème pays soutenu par GAVI à introduire le vaccin contre la cause la plus fréquente de diarrhée sévère

Malawi Rotavirus launch

Khumbo Hastings Kachali, Vice-président de la République du Malawi et Ministre de la Santé rassure le premier bébé vacciné contre le rotavirus, pendant la cérémonie de lancement.

Genève, 29 octobre 2012 — Le Malawi est devenu le dernier pays africain en date à introduire le vaccin antirotavirus dans son programme de vaccination de routine, offrant ainsi à ses enfants la meilleure protection possible contre la principale cause de diarrhée sévère et souvent fatale.

"Aujourd’hui est un jour important pour tous les enfants malawiens », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI Alliance. « La vaccination antirotavirus représente le meilleur espoir pour les protéger contre les infections à rotavirus et la diarrhée déshydratante qu’elles peuvent provoquer".

L’un des principaux responsables des décès des moins de 5 ans

La diarrhée est une maladie infantile meurtrière au Malawi. Environ 11 % des décès chez les moins de cinq ans sont dus à cette maladie. Plus de 2 500 enfants meurent avant l’âge de cinq ans des suites d’une infection à rotavirus.

Le Malawi est le quatrième pays africain éligible au soutien de GAVI, après le Soudan, le Ghana et le Rwanda, à introduire le vaccin antirotavirus; au total, 10 pays soutenus par GAVI dans le monde ont à présent introduit ce vaccin salvateur dans leurs programmes de vaccination de routine.

Une étude clinique cruciale

Le Malawi a contribué à ouvrir la voie à l’introduction du vaccin antirotavirus en Afrique.

De 2006 à 2009, une étude clinique cruciale initiée par l’OMS a été réalisée au Malawi et en Afrique du Sud afin de mieux comprendre comment ces vaccins fonctionnent chez les nourrissons et les enfants dans les pays d’Afrique à faible revenu où les taux de décès dus aux maladies diarrhéiques sont particulièrement élevés. Les résultats des tests cliniques réalisés ont montré que les vaccins antirotavirus permettaient de réduire de près de 50 pour cent l’incidence des infections sévères à rotavirus chez les enfants malawiens au cours de leur première année de vie, lorsque ceux-ci sont exposés à un risque accru de déshydratation sévère causée par la diarrhée, et de 25 pour cent tous les cas de diarrhée.

La diarrhée et la pneumonie sont deux des maladies infantiles les plus meurtrières au Malawi. Elles représentent à elles seules près de 25 % des décès d’enfants de moins de cinq ans

Très honorable Khumbo Hastings Kachali, vice-président et ministre de la Santé de la République du Malawi

En partie sur la base de cette étude, le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé en juin 2009 l’introduction des vaccins antirotavirus dans tous les programmes nationaux de vaccination.

Des essais significatifs

« Les essais menés en Afrique du Sud et au Malawi ont permis de démontrer que ce vaccin réduisait de manière significative la diarrhée à rotavirus dans les régions les plus pauvres et à forte mortalité », a déclaré le Dr Kathy Neuzil, Directrice de programme, Programme mondial pour l’accès aux vaccins (PATH), membre du ROTA Council (Rotavirus Organization of Technical Allies) et Directrice clinique du Programme de vaccination contre le rotavirus, qui a supervisé l’étude menée au Malawi et en Afrique du Sud.

" Ces vaccins auront le plus grand impact et sauveront davantage de vies dans les pays à faible revenu, où la charge de morbidité est la plus élevée et l’accès aux traitements encore plus limité ".

Introduction du vaccin anti-pneumococcique

Cet événement a lieu un peu moins d’un an après l’introduction réussie du vaccin antipneumococcique au Malawi grâce au soutien de GAVI.

"La diarrhée et la pneumonie sont deux des maladies infantiles les plus meurtrières au Malawi. Elles représentent à elles seules près de 25 % des décès d’enfants de moins de cinq ans », a indiqué le très honorable Khumbo Hastings Kachali, vice-président et ministre de la Santé de la République du Malawi. « Nous savons que l’introduction du vaccin antirotavirus dans notre programme de vaccination infantile améliorera considérablement la santé et le bien-être de nos enfants en réduisant de manière substantielle les cas de diarrhée sévère et souvent fatale auxquels nos familles doivent faire face depuis si longtemps".

Sauver des vies, réduire l’impact sur la santé

Chaque année, l’utilisation du vaccin antirotavirus dans les pays éligibles au soutien de GAVI permettrait d’éviter, selon les estimations, 180 000 décès et 6 millions de consultations dans les dispensaires et les hôpitaux, soit une économie en traitements de 68 millions US$ par an.

Accélérer l’accès aux vaccins antirotavirus peut contribuer à sauver la vie de milliers d’enfants malawiens, mais aussi à réduire le lourd fardeau que constituent pour la santé les infections à rotavirus, ce qui permettra ainsi d’atténuer la pauvreté et de stimuler l’économie.

"Les décideurs, les donateurs et la communauté mondiale de la santé doivent s’unir pour relever avec succès les défis qui consistent à introduire les vaccins antirotavirus et à mettre en place d’autres mesures destinées à protéger tous les enfants du monde contre les maladies diarrhéiques ", a déclaré le Dr Seth Berkley.

D’ici 2015, GAVI et ses partenaires prévoient d’introduire les vaccins antirotavirus salvateurs dans au moins 40 pays parmi les plus pauvres du monde, ce qui permettra d’immuniser plus de 50 millions d’enfants.

close icon

modal window here