La France et GAVI Alliance abordent les progrès réalisés et à venir dans le domaine de la santé

in page functions

Dagfinn Høybråten, Président du Conseil de GAVI, remercie la France pour son soutien à GAVI 

Dagfinn in France

Le Ministre français chargé du développement, Henri de Raincourt, et le président du conseil d’administration de GAVI, Dagfinn Høybråten. CabCoop presse/2012

M. Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération, et le Président du Conseil d’Administration de GAVI, M. Dagfinn Høybråten, ont aujourd’hui fait le point sur les progrès accomplis en termes d’accès à la vaccination, et le rôle clé de la France dans l’amélioration de la santé des populations dans les pays pauvres.

M. de Raincourt et M. Høybråten se sont entretenus aujourd’hui lors d’une visite du Président du Conseil de GAVI à Paris, où ce dernier a également rencontré des membres du Parlement et des ONG françaises.

Le soutien de la France à GAVI 

 La réunion fut l’occasion pour M. Høybråten, parlementaire norvégien et ancien Ministre de la Santé de la Norvège, de remercier la France de son soutien à GAVI, récemment renouvelé à hauteur de 100 millions d’euros d’ici 2015. L’engagement total de la France en faveur de GAVI s’élève à plus de 1,3 milliard d’euros pour la période 2004-2026, y compris à travers des financements innovants (IFFIm et taxe de solidarité sur les billets d’avion).

Illustrant la capacité des vaccins à sauver des vies et à protéger la santé, le Ministre Henri de Raincourt a souligné que la mission de GAVI était alignée avec les objectifs stratégiques de la France, qui considèrent la santé maternelle et infantile comme priorités pour l’aide au développement française.

"Nous sommes particulièrement reconnaissants à la France pour la priorité qu’elle met sur la santé des enfants. Son soutien est essentiel dans nos efforts visant à protéger plus de 250 millions d’enfants d’ici 2015", a déclaré M.Dagfinn Høybråten, Président du Conseil d’Administration de GAVI.

Un enfant meurt d’une maladie évitable toutes les 20 secondes, et la grande majorité de ces décès survient dans les pays en développement. Ce taux de mortalité est inacceptable à l’heure du XXIème siècle.

Dagfinn Høybråten, Président du Conseil de GAVI

Les vaccins anti-pneumocoques et anti-rotavirus 

Grâce à la mobilisation sans précédent de la communauté internationale pour lutter contre les deux principales causes de mortalité infantile - la pneumonie et la diarrhée -, plus de 15 pays peuvent d’ores et déjà s’enorgueillir de protéger leurs enfants contre les causes principales d’au moins l’un de ces deux fléaux meurtriers.

En effet, les vaccins anti-pneumocoques et anti-rotavirus, qui protègent respectivement contre les causes principales de pneumonies et de diarrhées (qui causent ensemble 36% de la mortalité infantile), ont été déployés de manière accélérée ces 12 derniers mois, et près de 20 pays supplémentaires prévoient d’introduire l’un ou l’autre de ces vaccins en 2012.

Une manière efficace d’améliorer la santé

"La France est extrêmement attachée à ce que chaque enfant en Afrique ou ailleurs ait un accès à la santé. Grâce aux vaccins, nous sommes en mesure d’éviter des millions de décès et de prévenir des handicaps causés par des maladies encore trop répandues", a déclaré M. de Raincourt.

M. Høybråten a réaffirmé à quel point l’immunisation est un moyen efficace et rentable pour améliorer la santé. GAVI a permis d’éviter plus de cinq millions et demi de décès depuis 2000, mais M. Høybråten a rappelé à quel point il est urgent de capitaliser sur ces succès.

"Un enfant meurt d’une maladie évitable toutes les 20 secondes, et la grande majorité de ces décès survient dans les pays en développement. Ce taux de mortalité est inacceptable à l’heure du XXIème siècle. Nous devons travailler ensemble afin de garantir que les enfants dans les pays les plus pauvres aient le même accès aux vaccins que les enfants dans les pays riches."

close icon

modal window here