Le Ghana introduit deux vaccins contre les maladies les plus meurtrières

in page functions

Première introduction simultanée dans l’histoire de l’Afrique 

Ghana first lady

Photo credit: GAVI/Olivier Asselin/2012.

Accra, le 26 avril 2012 – Le Ghana est devenu le premier pays d’Afrique à introduire simultanément les vaccins antipneumococciques et antirotavirus pour lutter contre les principales causes de pneumonie et de diarrhée sévère, les deux maladies infantiles les plus meurtrières au monde.

Chaque année, plus de 2,7 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent victimes de pneumonie et de diarrhée sévère dans le monde. Au Ghana, ces maladies meurtrières représentent environ 20 % de la mortalité des enfants de moins de cinq ans.

Mme Ernestina Naadu Mills, Première dame du Ghana, a été rejointe aujourd’hui par l’honorable M Alban S. K. Bagbin, ministre ghanéen de la Santé, Le Dr Seth Berkley, PDG de GAVI Alliance, le Dr Anarfi Asamoa-Baah, Directeur général adjoint de l’OMS, le Dr Iyabode Olusanmi, représentant résident de l’UNICEF dans le pays et d’autres invités internationaux lors d’une cérémonie spéciale à Accra, au cours de laquelle les premières doses de vaccins ont été administrées aux enfants. Des centaines de participants se sont réunis pour célébrer cet événement marquant l’histoire de la santé publique.

« Aujourd’hui est un grand jour pour les Ghanéens. Nous pouvons désormais améliorer le sort de nos enfants, qui sont les garants de notre avenir et la plus précieuse ressource de notre pays », a déclaré la Première dame, qui a par ailleurs administré l’une des premières doses du vaccin contre le rotavirus lors de la cérémonie qui s’est déroulée à Independence Square.

« Nos enfants meurent de ces maladies évitables par la vaccination depuis trop longtemps et aujourd’hui marque le début d’une riposte historique», a déclaré l’honorable M Alban S. K. Bagbin, ministre ghanéen de la Santé. « Grâce à ces vaccins, nous allons atteindre l’Objectif du Millénaire pour le développement 4, qui est de réduire de deux tiers la mortalité infantile dans le pays d’ici 2015 », a-t-il ajouté.

Cette introduction historique au Ghana constitue une étape importante de l’initiative mondiale pour la vaccination d’un grand nombre d’enfants de pays en développement contre les maladies les plus meurtrières. Les vaccins antipneumococciques et antirotavirus ont été introduits respectivement dans dix-sept et six pays soutenus par GAVI au cours des dernières années. GAVI s’est en outre engagée à soutenir l’introduction de ces vaccins dans plus de 40 pays d’ici 2015.

« Grâce au travail énorme et aux efforts qui ont mené à ce double lancement, le Ghana est aujourd’hui l’un des pionniers de la lutte contre la pneumonie et les maladies diarrhéiques », a déclaré le Dr Seth Berkley, PDG de GAVI. « Cette introduction simultanée marque une nouvelle étape ambitieuse et encourageante pour assurer à tous les enfants qui en ont le plus besoin un accès rapide et efficace aux vaccins, indépendamment de leur lieu de naissance», a-t-il ajouté.

Ces vaccins ont été financés grâce aux contributions généreuses des donateurs de GAVI Alliance, notamment de la France qui fait partie des principaux donateurs de l’Alliance en y contribuant à hauteur de 1.35 milliard € (engagements pour la période 2004 à 2026). Le gouvernement ghanéen a également cofinancés ces vaccins.

Le soutien de GAVI pour l’introduction du vaccin antipneumococcique permettrait d’éviter plus de 7 millions de décès d’ici 2030. A horizon similaire, le soutien de GAVI pour l’introduction du vaccin antirotavirus permettrait de sauver 2,4 millions d’enfants supplémentaires.

Le Ghana a régulièrement renforcé son engagement en faveur de la santé publique à travers la vaccination depuis qu’il a lancé en 1978 son programme élargi de vaccination.

« Au Ghana, le taux de vaccination infantile s’élève désormais à plus de 90 % », selon le Dr Anarfi Asamoa-Baah, Directeur général adjoint de l’OMS. « Outre son programme élargi de vaccination de routine, le pays organise des activités de vaccination supplémentaires en vue de réduire l’incidence d’autres maladies, comme la poliomyélite, la rougeole et la fièvre jaune ».

Cette introduction simultanée au Ghana permettra non seulement de prévenir les maladies, mais aussi de réduire considérablement le coût élevé des soins et traitements médicaux, et le temps qui leur sont consacrés, dans le but de faire reculer la pauvreté et de promouvoir la croissance économique. Par exemple, le traitement de la diarrhée à rotavirus chez les enfants ghanéens coûte chaque année au pays près de 3,2 millions US$, selon les estimations.

« Le potentiel salvateur des vaccins antipneumococciques et antirotavirus est énorme. Un changement de comportement positif au sein des communautés constitue toutefois la clé d’une intervention réussie », a pour sa part indiqué le Dr Iyabode Olusanmi, représentant résident de l’UNICEF dans le pays.

« Les parents doivent reconnaître que la vaccination apporte de multiples bienfaits sur la santé des enfants et respecter scrupuleusement les obligations du calendrier vaccinal, qui vise à préserver leur bonne santé. Nous comptons ainsi augmenter la demande de vaccins nouveaux, améliorer les comportements et les pratiques, et influencer positivement les normes sociales qui visent à susciter un changement durable », a-t-elle ajouté.

Cette introduction a été rendue possible grâce à une collaboration étroite avec l’ensemble des membres de GAVI Alliance, mais aussi grâce aux partenariats innovants avec les fabricants en vue de rendre ces vaccins disponibles pour les enfants des pays en développement à une fraction du prix établi dans les pays industrialisés.

Demandes des médias (Accra) :
Dan Thomas

Dan Thomas
GAVI Alliance
+41 79 251 8581
+41 22 909 6524

Demandes des médias (Genève) :
Frédérique TISSANDIER

Frédérique Tissandier
GAVI Alliance
+41 79 300 8253
+41 22 909 2968

Pour les demandes de photos et de vidéos:

Ilse Viveros Sotomayor
GAVI Alliance

+41 22 909 7193

close icon

modal window here